Programmation Opéra / Ballet Saint-Sébastien

VOTRE SAISON
2018-2019

De grands metteurs en scène, de grands compositeurs, des pépites... une nouvelle saison encore plus riche et audacieuse, qui s'ouvre également vers d'autres scènes et vous fera voyager à Barcelone, Amsterdam ou encore Vienne !

L'Opéra de Paris sera à nouveau à l'honneur à Concarneau, Laval, Saint-Sébastien-sur-Loire et Hénin-Beaumont pour une saison 2017-2018 qui ravira les amateurs mais aussi les non-initiés désireux de découvrir un opéra dans les conditions techniques optimales (son HD, image numérique) pour des spectacles flamboyants. Après le départ de Benjamin Millepied, Aurélie Dupont a repris la direction artistique de l'Opéra de Paris avec une réelle volonté de mêler l'innovation et le classique. Lors de la présentation de cette nouvelle saison, Aurélie Dupont précisait : "la danse classique est notre héritage, il y a dans les ballets beaucoup de rôles pour préparer les étoiles de demain. Le danseur de l'opéra doit goûter à tout, comme s'il parlait quinze langues. Il doit faire du Noureev parfaitement, mais mon rôle est aussi de lui donner le goût du risque. Pour cela, il faut du temps."

Formulaire d’abonnement
Jeudi
24
19H15
Mai 2018
Pite / Pérez / Shechter
Composition
Max Richter
Distribution
Les Étoiles, les Premiers Danseurs et le Corps de Ballet de l'Opéra national de Paris

Trois chorégraphes contemporains sont réunis pour ce programme et entraînent les danseurs de l’Opéra dans une nouvelle forme de modernité où les corps vibrent avec intensité. La Canadienne Crystal Pite revient avec The Seasons’ Canon, création éblouissante qui avait enthousiasmé le public du Palais Garnier la saison dernière. L’Espagnol Iván Pérez investit pour la première fois la scène de l’Opéra avec une création pour dix hommes. Pour clore cette soirée, l’Israélien Hofesh Shechter, régulièrement salué pour ses danses telluriques aux états de transe, offre une nouvelle version de sa pièce The Art of Not Looking Back.

Jeudi
07
19H45
Juin 2018
Boris Godounov
Composition
Modeste Petrovitch Moussorgski
Mise en scène
Ivo Van Hove
Direction Musicale
Vladimir Jurowski
Distribution
Boris Godounov : Ildar Abdrazakov, Fiodor : Evdokia Malevskaya, Xenia : Ruzan Mantashyan, La nourrice : Alexandra Durseneva, Le prince Chouiski : Maxim Paster, Andrei Chtchelkalov : Boris Pinkhasovich, Pimen : Ain Anger, Grigori Otrepiev : Dmitry Golovin,

Lorsqu’en 1824, Pouchkine entreprit avec Boris Godounov l’élaboration de son premier drame historique, il ne savait que trop à quel colosse il s’attaquait. C’est armé d’une lecture de Shakespeare qu’il se mesura au règne fulgurant du Tsar de toutes les Russies (1598-1605). De fait, il y a du Macbeth dans cette fable politique, où Boris voit ressurgir, sous la forme d’un imposteur, le spectre de l’enfant qu’il avait fait assassiner pour conquérir le trône. S’emparant de ce poème épique, Moussorgski compose une réflexion sur la solitude du pouvoir, un drame populaire dont le véritable protagoniste est le peuple russe, avec son lot de souffrances éternelles. Déjà, Pouchkine s’interrogeait : « Qu’est‑ce qu’une âme ? Une mélodie, peut‑être… » Ivo Van Hove, habitué des grandes fresques politiques, signe sa première mise en scène pour l’Opéra de Paris.

Mardi
19
19H15
Juin 2018
Don Pasquale
Composition
Gaetano Donizetti
Mise en scène
Damiano Michieletto
Direction Musicale
Evelino Pidò
Distribution
Don Pasquale : Michele Pertusi, Dottor Malatesta : Florian Sempey, Ernesto : Lawrence Brownlee, Norina : Nadine Sierra, Un notario : Frédéric Guieu

« Bien idiot est celui qui se marie en grand âge. » Ainsi se termine Don Pasquale : sur un sage dicton qui ne manque pas d’ironie et qui résume les déboires de son héros, riche célibataire désireux de se marier et trompé par son neveu Ernesto et sa jeune promise Norina. Créé à Paris en 1843, à la charnière de plusieurs époques, Don Pasquale, œuvre composite et variée, est l’apothéose du genre buffa. Donnée pour la première fois à l’Opéra national de Paris, elle est confiée au metteur en scène italien Damiano Michieletto qui fraie la voie de la sincérité et de la profondeur dramatiques au cœur d’une œuvre en apparence légère.